Page 1 sur 1

Jornal de Oiapoque n°1

Posté : ven. 27 janv. 2012, 12:09
par Makeuil


!
Ce sujet étant devenu caduc, les liens contenus dans celui-ci sont susceptibles de cesser de fonctionner.

Salut à tous,

Nous venons de récupérer une édition du journal de la petite ville de Oiapoque au Brésil, nous vous le mettons à disposition pour que vous puissiez profiter des nouvelles locales :


Source : http://www.vendee-airsoft.com/telecharg ... urnal1.pdf

Re: Jornal de Oiapocke n°1

Posté : ven. 27 janv. 2012, 15:17
par sim
Il y a une faute a mon prénom monsieur le rédacteur :lol:

Sinon très bien se petit journal

Re: Jornal de Oiapocke n°1

Posté : ven. 27 janv. 2012, 18:38
par Gatroll
pas mal du tout

Re: Jornal de Oiapocke n°1

Posté : sam. 28 janv. 2012, 13:41
par Madman
Les annonces à la fin c'est extra !! Bien trouvé aussi pour le première revue de presse des J.O !!

Re: Jornal de Oiapoque n°1

Posté : dim. 29 janv. 2012, 22:40
par sharkor
ya une autre faute vous avez mis deux euro le journal se pas l'euro au bresil ses le real se qui donne environ 4,60 real ^^ :sansdec:

Re: Jornal de Oiapoque n°1

Posté : dim. 29 janv. 2012, 23:31
par Makeuil
Oiapoque est d'ailleurs folkloriquement connue comme la porte d'entrée et de sortie de l'Europe.

La principale activité de la ville est le négoce d'or. En effet, les orpailleurs clandestins brésiliens de Guyane viennent y vendre leur or.
Par ailleurs, les nombreux touristes guyanais boostent l'activité commerciale de la ville. En effet, ceux-ci sont attirés par cette ville frontalière réputée offrir de meilleurs prix qu'en Guyane, notamment pour les alcools, le tabac, la viande brésilienne. La plupart des magasins acceptent d'ailleurs les paiements en euro et les vendeurs parlent français.
On part de ce principe là ;-)

Re: Jornal de Oiapoque n°1

Posté : dim. 29 janv. 2012, 23:41
par sharkor
ok ok je lirai jusqu'au bout la prochaine fois je me rend de se pas au :boulet2:

Re: Jornal de Oiapoque n°1

Posté : lun. 30 janv. 2012, 0:04
par Makeuil
C'est pas dans le journal çà, c'est la réalité ;-)

Re: Jornal de Oiapoque n°1

Posté : mar. 31 janv. 2012, 13:03
par chatfouin
Excellent, bien marrantes ces petites annonces a la fin ;)

Re: Jornal de Oiapoque n°1

Posté : dim. 05 févr. 2012, 23:22
par // Mitch
...muy bien ce papier, c'est la presse officielle ?
existe-t-il une "presse libre" à Oiapoque ?
je demande juste comme ça en passant...

Edi Jesus SOARES

Re: Jornal de Oiapoque n°1

Posté : dim. 05 févr. 2012, 23:24
par Makeuil
Selon nos contacts là bas, apparemment il j’agirai de la presse officielle en effet ;-)

Il semblerai qu'il existe d'autres petits journaux, mais çà n'a pas l'air de plaire aux autorités fédérales :?

Re: Jornal de Oiapoque n°1

Posté : lun. 06 févr. 2012, 14:42
par WIGGUM
Juste pour info et ajouté une touche de réalisme (si vous trouvez que c'est de trop vous supprimé pas de souci)

C'est du fait réel

Brésil : L'armée a pris le contrôle de l'État de Bahia

L'armée brésilienne a pris le contrôle de l'État brésilien de Bahia en raison d'une grève de la police militaire qui a déclenché une vague d'insécurité qui a fait 75 morts, ont annoncé dimanche les autorités.

Bahia.jpg

2600 militaires de l'armée de terre, de la Marine et de la Force nationale de sécurité ont été envoyés depuis vendredi dans cet État du nord-est du Brésil pour rétablir la sécurité, à la suite du refus des policiers militaires de mettre un terme à leur grève, déclarée illégale par la justice et qui en était dimanche à son cinquième jour.

"L'État de droit ne permet pas d'abuser du droit lui-même. Cette grève, dans la manière dont elle est menée, est inacceptable", a déclaré le ministre de la Justice, José Eduardo Cardozo, qui s'est rendu samedi dans l'État de Bahia en compagnie de responsables militaires.

Les grévistes exigent une augmentation de 50% de leurs salaires, de meilleures conditions de travail et une amnistie pour tous ceux qui ont pris une part active au mouvement de protestation.

La grève, suivie selon les autorités par un tiers des 31 000 policiers, a entraîné une recrudescence des meurtres et des agressions à deux semaines du début du Carnaval qui attire des millions de touristes dans cet État du nord-est du Brésil.

En cinq jours, on a dénombré 75 meurtres dans l'État, dont la majorité dans la capitale, Salvador, et ses environs, selon un bilan diffusé dimanche par la Sécurité publique.

Le nombre des victimes d'agressions ayant entraîné la mort a doublé par rapport à la même période de l'an dernier, selon l'organisme public Agencia Brasil.

Samedi, le gouverneur de Bahia, Jaques Wagner, a affirmé qu'une partie des crimes de ces derniers jours avaient pu être commis "sur ordre des criminels qui se sont sont autoproclamés chefs du mouvement (de grève)".

Un groupe de grévistes armés - dont une douzaine fait l'objet de mandats d'arrêt - s'est installé au siège du Parlement à Salvador et compte y rester jusqu'à ce que le gouverneur obtienne leur amnistie, a révélé le journal Folh de Sao Paulo.

"Le gouvernement sait que 99% de nos hommes sont armés. S'il essaie de nous déloger, il y aura un bain de sang", a déclaré un des policiers au journal sous le couvert de l'anonymat.

Les troupes fédérales ont poursuivi dimanche leur déploiement sur des points stratégiques de Salvador.

En 2001, la police militaire de Bahia avait observé une grève d'une semaine pour réclamer une augmentation de salaires.

Source du texte : CANOE.CA


Source : http://www.theatrum-belli.com/archive/2 ... .html#more